Les grandes familles…

La Marguerite, la margarida [1]

C’est une vaste famille que l’on retrouve aussi parmi les fleurs d’été et qui compte des plantes comestibles ou tinctoriales. Parmi ses nombreux représentants locaux citons : Le bleuet (lo blavet), la carline, le carthame, la centaurée (la centauréa), les chardons, l’échinops la laitue vivace (la lachuga), la chicorée la cupidone la piloselle, le séneçon (lo crémalhon)

Le lis, lo liri

La famille des liliacées abrite aussi bien des plantes comestibles que de perfides toxiques… Parmi ses représentants locaux, citons : l’aphyllanthe de Montpellier (lo barjagon), la gagée, le muscari, le muscari à toupet (lo cocut), l’ornithogale, l’ornithogale de Narbonne, l’ail sauvage, la salsepareille (l’ariège), le sceau de Salomon…

Le pois lo pese

Parmi les représentants locaux de la famille du pois, citons : le pois vivace, l’arbre de Judée, l’astragale, le genêt scorpion l’arjalos, la gesse la jaissa, la psoralée bitumineuse la chabriola, le sainfoin l’esparcet, le trèfle étoilé lo triulet, le trèfle incarnat la vesce la veça La coronille la coronille bigarrée

 [2]

[1Les noms en italique correspondent au parler des Vans et des régions environnantes, décrit dans le livre « En co nostre » édité par « La Faraça »

[2Pour plus d’information : « Les fleurs de Méditerranée » de David Burnie aux éditions Bordas, « Toutes les fleurs de Méditerranée » de Blamey et Grey-Wilson aux éditions Delachaux et Niestlé.