Hautes en couleurs… Les plantes tinctoriales.

Les plantes tinctoriales

Bien des plantes étaient autrefois utilisées pour teindre les textiles. Si les colorants chimiques ont bouleversé les pratiques, la mémoire des bains tinctoriaux ne s’est pas encore complètement éteinte. De nombreuses plantes de chez nous avaient à cet égard des propriétés intéressantes que l’on peut évoquer en suivant l’arc-en-ciel.

Les baies du prunellier offraient un bleu lavande.

Le vert était obtenu à partir de la scabieuse ou du nerprun.

De nombreuses plantes proposaient une gamme complète de jaune : les feuilles du figuier ou de l’érable,

les fleurs du millepertuis ou du séneçon par exemple.

Certains lichens teintaient en orange tandis que d’autres permettaient de couvrir une bonne partie du spectre chromatique.

Rouges, les pantalons des soldats français teintés à la racine de la garance avant que la grande guerre ne convainque les autorités de les rendre moins voyants…

Quant aux feuilles de chêne, leur action s’échelonnait du beige au noir.

Et pour en savoir plus : un site documenté