Des sites étonnants

Où l’on parle Bois de Païolive, Stratotype du Berriasien, Château de Casteljau, Nécropole dolménique des Granges…

Au milieu du 19e siècle, les scientifiques se sont attachés à définir les âges géologiques de notre planète en fonction des traces de vie fossilisées retrouvées dans les roches sédimentaires. Lorsqu’une couche rocheuse leur semblait représenter un époque donnée de manière particulièrement démonstrative, ils le faisaient savoir à la communauté scientifique et donnaient à cette couche type, ce « stratotype », le nom du lieu de découverte.

Il y a longtemps de cela, disons une bonne dizaine de milliers d’années, le froid régnait sur nos contrées. Les glaces en recouvraient une bonne partie et la végétation était sans doute réduite à peu de chose. Le climat se réchauffant progressivement, le pourtour méditerranéen se couvrit peu à peu de plantes.

Cliché IGN
Cliché IGN

Comme le montre la vue aérienne ci-contre (document IGN), le château de Casteljau est au centre d’une presqu’île formée par un méandre du Chassezac qui constitue « l’éperon barré de Casteljau ». Ce site a été occupé par l’homme depuis la préhistoire, la présence de grottes habitées et de dolmens dans les alentours permet encore de s’en rendre compte. Lors de la construction du village de vacances de Casteljau, un établissement gallo-romain a été mis à jour.

Qui connaît essentiellement la commune de Berrias-et-Casteljau pour ses rivières, ses plages, ses falaises, ses sentiers, ses bois, sa flore méditerranéenne, bref ses multiples attraits actuels ignore souvent qu’il y a plus de 5000 ans, une population a déjà laissé son empreinte sur nos terres.