Arrestation et interrogatoire des Templiers de Jalès

Arrêtés comme tous les templiers de France le 13 octobre 1307, on trouve la trace des templiers de Jalès dans divers documents d’archives et dans plusieurs textes de synthèse :
« Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nîmes ». (Léon Ménard, 1750)
« Le Peuple Templier » (Alain Demurger, CNRS 2019)
« Entre expansionnisme capétien et relents d’hérésie : le procès des templiers du midi » (article de Vincent Chalais sur « Academia »)

Rappel des faits : sur ordre du Roi Philippe le Bel, les chevaliers Oudard de Maubuisson et Guillaume de Saint Just font arrêter les 66 templiers de la sénéchaussée de Beaucaire, juridiction de justice dont dépendait Jalès, le 13 octobre 1307 au matin. On en emprisonne 45 à Aigues-mortes, 15 à Nîmes et 6 à Alès. Les biens des commanderies sont séquestrés par le pouvoir royal et un inventaire est réalisé.

Qui sont les templiers arrêtés à Jalès ?

Pierre de Peyremale

Pierre de Peyremale (ou Pierre de Petramala) est commandeur de Jalès en 1307. Il est originaire d’Allègre les Fumades dans le diocèse d’Uzès. Il est reçu dans l’ordre par Pons de Niel en 1270 à Jalès où il occupe l’honorable poste de gardien des porcs de la maison… Alain Demureger précise : « Arrêté en octobre 1307 et emprisonné à Nîmes où il est interrogé par les agents du roi le 16 novembre 1307. Avouant. info document - JPEG - 418.9 ko Transféré à Alès et interrogé dans le cadre de la procédure contre les personnes par l’official de l’évêque de Nîmes le juillet 1310, il rétracte ses aveux ; mais il les renouvelle lors de sa nouvelle comparution devant l’official le 29 août 1311 ; il est alors malade et demande miséricorde, car il est « simplex ». Il est absous et réconcilié le 7 novembre 1312 lors d’une troisième session de la commission diocésaine de Nîmes. »

Pierre de Toulouse

Pierre Tolosa (ou de Tholosa) est sergent de Jalès. Il a été réçu en 1298 à Jalès par Barallus de Grazillan. Il est emprisonné à Aigues-mortes et interrogé par Oudard de Maubuisson. Sa déposition de 1307 rejoint celle du frère Arnaud de la commanderie de Saint Gilles interrogé en premier et qui avoue tout ce qu’on lui demande d’avouer…Transféré à Alès, il comparaît le 26 juin 1310 devant le représentant de l’évêque de Nîmes, dans le cadre de la procédure épiscopale contre les personnes. Il commence par rétracter ses premiers aveux puis rétracte sa rétractation…Il abjurera les actes hérétiques retenus contre l’Ordre, s’en remettant à la justice ecclésiastique. Il dira aussi n’avoir jamais participé à un chapitre général, « étant un simple frère servant, et un paysan ». Ce sera sa dernière comparution.

R. de Labiis d’Oysa

R. de Labiis d’Oysa est sergent de Jalès. Il est emprisonné à Aigues-mortes et interrogé par Oudard de Maubuisson. On ne sait rien d’autre sur lui, mais il y a de fortes chances pour qu’il ait suivi le frère Arnaud dans ses aveux.

Aigues-Mortes - JPEG - 1.1 Mo
Aigues-Mortes

Raymond de Villa

Raymond de Villa, est aussi sergent de Jalès où il vient d’être reçu dans l’ordre du Temple en 1307. Emprisonné à Aigues-Mortes, il est interrogé par les agents du roi et, comme beaucoup, avoue ce qu’on lui demande d’avouer… info document - JPEG - 479.3 ko

Jean D’Urseria

Jean d’Urseria (ou Dorcières) est sergent de Jalès. Il a été reçu vers 1295-1297 à Jalès par Pons de Broeto. Il est commandeur de la grange de Grosfau qui dépend de Jalès et gardien des brebis. Il est emprisonné à Nîmes. Interrogé par les agents du roi, il avoue. Le 1er juillet 1310, interrogé de nouveau à Alès devant le représentant de l’évêque de Nîmes, il rétracte ses aveux. Il revient toutefois comme beaucoup à ses premières déclarations le 28 août 1311. Torture ou menace de torture ???